L'étang aux cygnes

 

L'ETANG AUX CYGNES

 

Huile sur châssis toilé.  50 x 40 cm

 

Source d'inspiration : une photo que j'ai prise à Giverny.

 

GIV

Progression :

 

G01

 

G02

 

G03

G04

G05

G06

G07

L'étang

Posté par jcc35 à 21:39 - - Commentaires [0]
Tags : , , , , ,

Le bassin aux nénuphars

 

LE BASSIN AUX NENUPHARS


Voici nouveau paysage que je vais peindre en utilisant la grisaille afin d'avoir des couleurs plus franches (du moins à mon avis).

 

Merci à Caroline de m'avoir permis d'utiliser ses photos

Peinture sur toile de coton 50x40 que j'ai soigneusement recouverte de plus 4 couches minces de Gesso blanc.

Voici mon matériel

 

matos

 

 J'utilise comme palette un carreau en faïence blanc : facilité de nettoyage, perception correcte des couleurs.
Bouchon de bouteille pour faire mon mélange Huile d’œillette/essence de térébenthine (ici, à proportions égales).
Le pinceau éventail me permet, selon sa position par rapport à la toile de peindre presque tout.
Le pinceau fin pour rajouter des pointes de foncé.
Le shaper pointu pour enlever des pointes de foncé et faire apparaitre le blanc.

Je n'utilise que du gris de Payne. Les différentes valeurs sont obtenues par la plus ou moins grande dilution..

 

B01

 

B02

 

B03

Il faut maintenant attendre que ce soit sec pour continuer...

Maintenant, c'est plus classique, il suffit de... colorier !

 

B04

 

et de retoucher

 

nenuphars

 

 

 

Posté par jcc35 à 17:53 - - Commentaires [4]
Tags : , , , ,

Piquet

 

SUR LES BORDS DE L'YON

 


Voici une petite évocation de Piquet, un lieu-dit au bord de l'Yon (La rivière qui passe à la Roche... sur Yon, en Vendée).

Consultez ce site pour découvrir ce coin de Vendée.

Peinture réalisée au pastel sec sur Pastelmat (40 x 30)

 

Piquet

 

 

Posté par jcc35 à 18:19 - - Commentaires [2]
Tags : , , , , ,

Etang

ETANG

 

J'ai choisi comme modèle l'une des photos prises à Saint-Jean de Monts (85) des étangs situés près du golf.

Mod_le

 

Peinture à l'huile sur toile au format relativement petit (40 x 30 cm).

Je veux en effet essayer de peindre "différemment" donc je n'ai pas osé me lancer sur une toile importante !

 

Selon mon habitude, j'ai enduit la toile de plusieurs couches fines de Gesso blanc afin de réduire les aspérités.

 

Je vais opérer plan par plan ; du plus éloigné au plus proche.

J'ai décidé de me passer d'une esquisse...

 

LE CIEL

J'étends à la brosse plate n°8 un mélange de bleu océan / bleu céruléum et de blanc.

La proportion de blanc étant augmentée en se rapprochant de l'horizon.

Ensuite, je m'efforce d'unifier la couleur en "frottant" au couteau horizontalement et verticalement de façon à graduer l'intensité du bleu de bas en haut.

Je donne quelques coups approximatifs de pinceau pour situer les cimes des arbres de part et d'autre.

 

etang01

 

 

 

LES MAISONS

En rason de leur taille, j'abandonne mes essais au couteau pour utiliser un pinceau fin.

La tranche du couteau est cependant utile pour délimiter nettement des segments.

Je préciserai ultérieurement les différentes couleurs au vu de l'effet rendu lorsque les arbres seront peints.

 

etang02

 

LES ARBRES

J'utilise essentiellement le couteau pour les grands arbres. Cela permet de respecter plus facilement les "trous" laissant voir le ciel et marquer la "rigidité" des branches.

J'utilise également un pinceau fin pour les arbustes et pour apporter des touches jaunes.

Dans un premier temps, je ne fonce pas trop les parties sombres.

 

etang03

 

 

L'ARBUSTE du premier plan

A la brosse je peins l'essentiel de l'arbuste.

Ensuite, au couteau j'ajoute les nuances de couleur en tenant compte de leur valeur.

Les feuilles plus blanches sont réalisées à l'aide d'un color shaper à bout pointu.

 

 

etang04

 

 

 

REPRISE des éléments précédents.

 Détails des maisons : Ouvertures, couleur des murs, ombre des  toits...

 Grands arbres : Ombrer et apporter les touches de jaune orangé.

 Berges : travail au couteau et au pinceau.

 

 

etang05

 

 

L'EAU ET LES REFLETS.

 Même tecnique que pour le ciel.

Partie centrale à dominante bleue :

Mélange analogue à celui utilisé pour le ciel.

Peinture à la brosse puis passage du couteau pour étaler. 

Reflets verts près des berges.

Peinture appliquée au couteau el l'étalant verticalement à partir des bords. Puis passage de la brosse plate horizontalement dans les parties plus éloignées des bords.

 

 

etang06

 

Reprise en utilisant le doigt ce qui permet un meilleur rendu des reflets verticaux et les transitions entre couleurs ou valeurs.

 

etang07

 

VERS LES FINITIONS

Reprise de l'arbuste à gauche.

Zones foncées reprises avec du vert de Vessie. Travail au couteau en tapotant, couteau à plat.

Points blancs vers le sommet : utilisation du shaper à bout pointu.

 

Reprises de la berge à droite.

Travail au couteau.

Reprises des reflets à droite.

Peinture appliquée au couteau en glissant de haut en bas puis lissage et fondus faits au doigt.

Les rides sur l'eau.

Utilisation du couteau "rayant" la peinture, produisant ainsi des traits plus clairs.

Rides plus foncées obtenues avec le couteau en appliquant la tranche.

Quelques rides faites de la même manière avec de la peinture blanche.

Les personnages.

Utilisation d'un pinceau fin.

 

etang09

 

 DERNIERES RETOUCHES.

 

 

ETANG

 

 

 

Posté par jcc35 à 19:30 - - Commentaires [2]
Tags : , , , , ,

Causse (essai)

 

 LE PROJET

Le projet initié par Jean-Marie  est de reproduire librement une œuvre de Sylvie COSNIER.

 Tiré de la revue "Plaisir de Peindre" n° 47. Il s'agit d'un pas à pas au pastel sur fond de gouache, "Paysage du Causse"

  Esquissé sur place dans ses grandes lignes (photo), l'artiste a terminé la peinture dans son atelier.

 

                    photo                       peinturemodèle

   Voir le pas à pas

 

Une artiste pastelliste , Margaret Evans  utilise une autre technique : elle mouille le pastel pour préparer le fond.

Voici comment elle réalise ainsi un bouquet de fleurs :


            

 

Je me propose donc de "recopier" librement, au pastel, l'oeuvre de Sylvie Cosnier en m'inspirant de la technique de Margaret Evans.

Ne connaissant pas cette technique et ne comprenant pas ses probables explications sur les videos, il va falloir expérimenter...

 

 

 

 

PRÉPARATION

Choix du support.

Je dispose de 3 supports :

Papier pastel 160  g  40 x 30 cm
Pastel card    360 g    24 x 32 cm
Papier aquarelle 300g  65 x 50 cm
Format préconisé : 40 x 30

160g me parait insuffisant pour mouiller le papier. Pastel Card serait bien mais le format est insuffisant. Il me reste le papier aquarelle qui ne risque pas de gondoler. 

  La technique de Margaret Evans

  Je préfère la découvrir en essayant !

J'ai utilisé une brosse (ciel) puis un pinceau à poils doux.

Ce dernier est nettement préférable pour ne pas abimer le support.

Par contre, si on veut un détail (fenêtre), il faut envisager une autre solution (éviter que le volet ne déborde sur le mur blanc car des traces risquent de subsister.

J'ai essayé la solution suivante :

Gratter le pastel pour recueillir un peu de pigment.

Mouiller cette poudre et utiliser comme de la peinture avec un pinceau fin.

Le résultat correspond à l'attente.

 

Dans tous les cas, il faut peu de pigment et avoir un pinceau toujours bien humide. 

Il faut également être prêt à enlever un surcroit éventuel (buvard).

Voici l'essai :

 

essai01

Je ne suivrai pas le pas à pas proposé.
Je pense accentuer quelque peu les couleurs et sans doute être plus précis (chassez le naturel...) en ce qui concerne la végétation.

L'ESQUISSE

  Le tracé est dessiné avec des pastels durs de la couleur proche du motif.

 

 

causse01

 

FOND AU PASTEL MOUILLE

 

 Après plusieurs essais, j'ai trouvé que le plus satisfaisant et le plus rapide était de passer son pinceau mouillé sur le pastel. Le pigment recueilli s'étale alors relativement bien.

Mais il faut utiliser un pastel tendre.

Le bleu foncé utilisé à droite est obtenu à partir d'un crayon pastel : il s'est très mal étalé. (je n'avais pas de pastel tendre du bleu voulu).

J'ai laissé le fond blanc pour les nuages.

J'ai préféré un ciel très clair : on peut toujours foncer alors que le contraire est plus délicat.

Prudemment, je me suis arrêté pour voir le résultat une fois le support bien sec.

Voilà ce que ça donne :

causse02

 Je continue avec l'intention de donner de la profondeur en suggérant les arbustes les uns derrière les autres. Cela nécessite des modifications de couleurs et de formes par rapport au modèle.
Le résultat de me plait pas, j'espère pouvoir améliorer avec les pastels employés normalement. Le bleu n'est pas une réussite !

 

 

 

causse03

 

Et voilà le fond terminé après quelques retouches sur le travail précédent.

 

 

causse04

 

 POSE DU PASTEL SEC

Aucun problème de saturation pour passer sur la fond. Il n'apparait que lorsqu'on insiste avec le pastel sec.
Le fait de mouiller les pigments les fixe et permet de supprimer les points blancs du creux du papier.
Il me reste le premier plan et les arbustes à droite que je ne sais pas comment faire !

 

 

causse05

 Voilà le résultat final :

 

 

causse07

 

 

 

 

Posté par jcc35 à 10:54 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,

LA RIVIERE

 

Un vieux poster (2m sur 1m) qui a bien mérité sa retraite après... 40 ans de bons et loyaux services !

 

rivière0

 

 

Après réflexions, je décide de prendre pour modèle ce paysage

Petit travail de cadrage pour respecter les dimensions de ma toile : 70cm par 50.

Et voilà mon modèle... en noir et blanc !

RIVIERE6MAI

 

 

J'ai préparé la toile en l'enduisant de plusieurs couches très fines de Gesso blanc afin d'obtenir une surface relativement lisse où les "grains" de la trame sont atténués.

Après avoir dessiné l'esquisse (utilisation de crayons de couleurs dont les traces ne laissent aucune marque en peignant), je vais m'inspirer de la technique flamande initiée par Van Eyck.

Je commence par peindre le ciel. (bleu céruléum très dilué. Couche très fine. Ajout de traces de blanc).

La première ébauche est réalisée en "grisaille" laissant apparaitre le fond blanc. Cela permettra des couleurs plus lumineuses.

Pour cette grisaille, j'utilise un mélange de Terre verte, d'ocre jaune et de gris de Payne. Ce qui était appelé verdaccio.

Le mélange est suffisamment liquide afin d'être translucide. Je dilue avec 2 volumes d'essence de térébenthine pour un volume d'huile d’œillette.

A noter que d'autres peintres (dont Vermeer) utilisaient une grisaille colorée différemment.

Voici cette première ébauche :

 

Grisaille(1)

L'essentiel de la rivière reste blanche.

Presque sec au toucher, j'ai pu reprendre cette première ébauche.

D'abord, je corrige quelques erreurs, notamment au niveau des reflets.

Je donne plus de relief, surtout aux troncs d'arbre. (J'ai supposé une lumière relativement faible venant de la droite). j'ombre donc le bord gauche et j'éclaircis le droit.

La recherche du relief me semble  particulièrement importante dans cette phase si on veut éviter au maximum des ajout de blanc ou de "noir" lors de la mise en couleur.

A mon sens, ces ajouts, opacifiants,  déforment les couleurs et les ternissent.

Je trace des branches fines qui retombent. J'utilise un pinceau n°1 et ... l'extrémité d'une rémige de pigeon ! Finesse garantie !

Enfin, pour figurer l'écorce, notamment celle des pins, j'utilise un shaper à bout pointu qui repousse la peinture, laissant apparaitre la blanc.

 

Grisaille (2)


Je considère l'ébauche terminée.

La mise en couleur va consister à recouvrir la grisaille d'une fine couche, relativement diluée, de manière à ne pas l'opacifier.

Les zones restées claires permettront à la couleur d'être claire et les zones foncées de la rendre foncée sans ajout.

On ne jouera que sur des variations d'intensité ou de teinte. C'est le cas, par exemple, pour les arbres à l'arrière-plan.

Aujourd'hui, je travaille donc l'arrière-plan.

Bases : vert, jaune, ocre jaune, rouge, bleu, violet, terre d'Ombre brûlée.

Mélange à égalité d'essence de térébenthine et d'huile d’œillette.

Le rideau d'arbres, au fond, ne pose pas de problèmes.La grisaille se révèle efficace pour simuler les reliefs.

Par contre, j'ai plus de difficultés, à gauche, derrière les troncs. Je n'ai pas suffisamment foncer la grisaille.

Je fonce donc en ajoutant aux verts du violet et/ou de la terre d'Ombre.

Je termine cette séance par les troncs, à gauche en modifiant les couleurs pour distinguer ceux qui se touchent ou se croisent.

Là encore, j'ai insuffisamment foncé le côté gauche.

Je peins les feuilles de lierre aux emplacements qui étaient blanc (le shaper...) et repasse le shaper pour laisser du blanc afin qu'elles brillent.

 

Exécution (1)

Je reprends les troncs d'arbre à gauche pour mieux simuler les écorces.

Base : ocre jaune, terre d'Ombre brûlée,magenta.

Même dilution que précédemment.

La peinture étant fraîche, c'est plus facile.

Ajout de taches plus sombres.

Passage du shaper surtout pour les pins.

Ensuite, je passe aux arbres de droite. Comme ils sont plus éloignés, moins de contraste et ensemble moins foncé que ceux de gauche.

Je repasse également sur les différentes branches fines sur toute la scène.

Je peins également le sous-bois, à gauche.

Base : vert, jaune, ocre jaune, bleu, violet.

Mon idée première était d'imaginer un pais de feuilles mortes mais j'ai changer d'avis afin d’éclaircir ce côté en l'opposant à l'autre qui va être plus foncé.

Comme précédemment, la peinture est diluée afin d'utiliser les inégalités de la grisaille. 

 

Exécution (2)

Trois avancées au cours de cette "séance" :

- Finition du sous-bois, à droite. Plus foncé que celui de gauche.

Base : Terre d'Ombre, ocre jaune et vert.

La grisaille parait suffisante pour simuler le relief.

- les rochers

Il faut rendre compte du relief et de l'aspect arrondi et poli.

Bases : Gris de Payne, bleu, violet, ocre jaune et Terre d'ombre.

J'ai également utilisé du blanc pour "griser" ou blanchir quelques secteurs.

La grisaille s'est révélée inutile (?) pour les parties très sombres, presque noires.

- Les reflets.

J'ai utilisé un vert très dilué pour laisser bien apparente la grisaille.

Comment continuer ? Je ne sais pas trop. Quelle part de bleu (reflet du ciel) ? de blanc (surface brillante) ?

En attendant que ce soit sec , j'ai le temps d'y penser !

 

 

Exécution (3)

 

Le feuillage des arbustes

J'ai volontairement choisi un vert clair pour trancher avec celui de l'arrière-plan et des pins. Il y a encore peu de contrastes. Une fois sec,je pourrai affiner ombres et éclats de lumière.

 Les troncs (finition)

J'ai à nouveau accentué les ombres vers la gauche et éclairci vers la droite.

Base : Terre d'ombre brûlée et rouge pour assombrir, ocre jaune et blanc pour éclaircire.

Dilution 3 volumes d'huile pour 2 d'essence (gras sur maigre...)

 

Les rochers (finition)

J'ai surtout assombri la base et amélioré  le relief.

 

 

exécution(3)

 

FINITIONS

Le feuillage des arbustes

Rehauts de blanc pur et taches de vert sombre.

La rivière

Quelques traînées de bleu très dilué donc paraissant pâle.

J'ai préféré garder du blanc pour rendre l'ensemble lumineux.

 

Partir d'une photo en noir et blanc présente l'intérêt de s'évader de couleurs "imposées" mais ce n'est guère facile (pour moi... !)


Exécution (5)

 

Posté par jcc35 à 16:37 - - Commentaires [0]
Tags : , , , , ,